Printemps 2020.
Levé tôt, je bois un café tout en contemplant la constellation d’Orion de la fenêtre de mon atelier.
J’ai des envies de mer, et même d’Océan, d’ailleurs je devrais être en Bretagne. Immensité liquide répondant à l’immensité céleste, embarcation de fortune, espoir et terreur, les idées vont et viennent, intranquilles, le tableau a commencé.

Orion, de ma fenêtre, 2020-2021
tapis découpé, cire, huile, papier, tissu
et agrafes sur panneau de contreplaqué
130 x 162 cm