à propos

De quelle espèce est Pierre Fauret ? A quelle espèce d’artiste appartient-il ?

Dans le monde de Pierre Fauret,  l’homme côtoie l’animal, à vrai dire, on ne sait lequel des deux devient l’autre, car l’artiste nous les donne souvent à voir en même temps, dans une même proposition.
Dans le monde de Pierre Fauret, l’artiste côtoie le scientifique ; d’ailleurs on ne sait lequel des deux était là, en premier. L’artiste a surgi de l’homme de science en 1997, lorsque Pierre Fauret abandonna son activité de vétérinaire pour laisser libre cours à une profonde nécessité de sculpter. Il quitte son métier de docteur où il manipulait le vivant pour désormais manipuler la matière et lui donner vie, ou du moins forme. Pourtant cette nécessité de créer était déjà là, dès le plus jeune âge de l’artiste, se cristallisant dans le jeu du modelage et d’échafaudage de sculptures, dans les premiers dialogues formels entre la main et la matière, là où l’enfant s’invente ses propres histoires, imagine un monde vivant, merveilleux et improbable.

L’inclination pour le monde animal et la connaissance scientifique soutiennent ainsi la démarche de l’artiste depuis le début de son travail. A la manière d’une genèse ou d’un schéma d’évolution naturelle, presque organique, son œuvre s’est transformée, un thème abordé en engendrant un autre. Si ses premières sculptures abordaient avec douceur les comportements humains, traduits sous forme de défilé de masse ovin, par exemple, l’artiste s’est ensuite intéressé à l’individu même, à la cellule, aux flux corporels, le corps humain étant autant présent que la figure animale, celle-ci étant là pour mieux perturber notre vision dominatrice du monde.

Le jeu léger, la construction de formes inédites hybrides, l’élaboration d’un bestiaire hors de toute taxonomie rationnelle, sont autant de fils conducteurs qui traversent son œuvre.
Mais celle-ci est tout autant elle-même hybride, organe vivant et évolutif, mêlant tour à tour illustration de la mécanique du vivant dans ses profondeurs, sollicitation post-moderne de mythes littéraires fondamentaux, jeu combinatoire de création de formes inédites et ludiques faisant se confondre humanité et animalité.
Le monde de Pierre Fauret prend forme sous nos yeux, jamais grinçant, ni cynique, mais au contraire, amusant, tendre, étrange. Subtil et cultivé, il suscite la curiosité.

Entrons…

Blandine Dubois, Présence animale – introduction, 2011